Le Clan Du Givre

Forum dédié à l'univers et au développement des backgrounds et des relations roleplay des GNistes membre de la Châtellerie Nantaise
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Traquer les bandits

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Beric d'Akeyras
Membre
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/11/2017

Feuille de personnage
PV:
3/3  (3/3)
Métier:

MessageSujet: Re: Traquer les bandits   Sam 6 Jan - 14:35

Je vis le prêtre me faire un signe, je ne comprenait pas ce qu'il me demandait jusqu'à ce que je remarque son air méfiant. Ceci ajouté au fait qu'il gardait ses mains dans ses manches, pouvait tromper un villageois, mais pas un guerrier: il se préparait à se défendre si les choses tournaient mal. J'en déduisis donc qu'il me demandait de passer par l'arrière de la maison. Je croisa mes mains dans mon dos, afin d'avoir l'air naturel mais de pouvoir saisir ma dague en cas de besoin, et partit en direction de la porte arrière de la maison du chef. Je fis quelques signes et regards au prêtre afin d'essayer de lui demander de me dire quand intervenir.

[HRP] Moi sur ce coup là je te suis, parce que c'est toi qu'à un plan là, et mon personnage est pas aussi convaincu qu'il se passe quelque chose de louche que les vôtres [/HRP]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eöwin
Membre
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 11/06/2017

Feuille de personnage
PV:
3/3  (3/3)
Métier:

MessageSujet: Re: Traquer les bandits   Ven 12 Jan - 11:33

oh l'elfe on rentre je vais avoir besoin de trega pour la suite, on passera a la taverne du village et fissa sinon je boirai tous moi même

En m'approchant godrick me hurle un truc mais je m'en fou, il a un pauvre type ficelé à son cheval.

Et les autres tant fait quoi? Tu les laisses comme ça libre de se réarmer et de recommencer? pfffff fait comme tu veut. Lui dis-je en soulevant désinvoltement mon bras gauche pour signifier que je m'en fichais.

j'attache rapidement mon sac au trésor à ma selle et monte sur mon cheval avant de partir en direction du village ou nous attendait le prêtre et le gamin. Arrivée dans le village je vis les villageois rassembler les cadavres au milieu du village, beaucoup pleurait, d'autre rassemblait les divers débris de si delà. Je mit pied à terre sans m'occuper de mon compagnon et vis au loin vers une bâtisse un peu plus grande et légèrement à l'écart des autres le prêtre et le gamin. Il y avait quelque chose de bizarre dans leur attitude, je sais pas une espèce de tension. Je pris mon épée, que je laissa tout de même dans son fourreau mais resta quand même près de mon cheval attentive à leur progression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Godrick
Membre
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/06/2017

Feuille de personnage
PV:
3/3  (3/3)
Métier:

MessageSujet: Re: Traquer les bandits   Jeu 18 Jan - 17:11

arrivant au village avec un des pekors attacher sur la monture je m’aperçois que le prêtre prépare quelque chose avec le jeune vu leur geste , je regarde a gauche ,a droite , sa va pas être tendre si le prêtre si met a la tache . Je sors une goure de mon cheval et l'envois a eowin

bois sa te fera du bien avant se spectacle , on se tien prés juste au cas ou

je souri et regarde sa avec joie
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Tregaroth
Nouvelle Recrue
avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 13/06/2017

MessageSujet: Re: Traquer les bandits   Lun 22 Jan - 0:11

je commença à m'approcher de la bâtisse, du coin de l'œil j'aperçut les deux chevelures de flamme sortir des fourrez.
Je serra les dents, Eöwin était loin d'être irréfléchis.. mais l'autre, enfin bon.
J'arriva au palier, les murs était ancien, ont voyait que le bois avait vu passer bien des années. La porte avait l'air robuste ont pouvait deviner qu'elle était récente, le bois était trop neuf comparer au reste.
Je prit le soin de me concentrer sur la porte.
Pas un bruit. Je frappa, prit l'initiative d'entrer et vit l'homme assis sur un siège à une table grossièrement sculpter, sont visage portait un air grave.

Il souffla, et leva les yeux sur moi, sont sourire revint dans la fouler.. mais même un enfant pouvais voir le masque.
Mon ami! Merci de les avoir fait partir, mais vous savez mes hommes aurait pus le faire, vous le savez? nul besoin de vous fatig..

Je le coupa net dans sa phrase et pris sans m'en rendre compte le regard de tueur que j'arborait dans le passer.
Soyons très clair. Je commença à doucement avancer en laisser sortir ma main qui tenait le pommeau pour laisser mes doigts jouer sur le décors.
Vous n'êtes n'y un amis, n'y un chef, n'y un père, n'y un homme. Vous n'êtes qu'un imbécile qui... laisse mourir ses habitant, sont enfant! comment pouvez vous faire cela! que cacher vous, Herglt!
Que vos votre vie comparez à c'elle de votre progéniture, a vos citoyen? imaginez que se soit une maladie très contagieuse et mortel sans prendre les mesure, ses le royaume que vous laisser mourir ou m'êtez en danger!


L'homme se leva agacer ses veines commencèrent à se gonfler en serrer du point.
Comment ose tu sale mage! tu ne connait rien de notre vie! Vous vivez dans votre palais, sous votre foutu clocher! vous ne savez rien de la misèrent! De la douleur! Encore moins du sacrifice! Vous ne savez pas se que j'ai fait pou... L'homme se tût suite à cette phrase. Il baissa la tête, regarda sa choppe de métal et leva ses yeux sur moi.

Nous y voila donc. Vous avez fait quelque chose et sa vous tue de l'intérieur? mon regard resta pesant, mais suite a nos haussement de ton, je vie passer furtivement Beric derrière la fenêtre, je fit un "non" de la tête pendant que l'homme regardait ailleurs. Mais il ignorais se qu'il se passait et l'homme massif dégager trop d’animosité, qui sais comment il peut réagir.

En effet. Je ne vous connait pas, mais vous non plus. Vous ignorez se que j'ai vécu et la souffrance que j'ai subit, mon passer, mon présent. Et vous que pouvez vous me dire sur votre douleur? Une enfant qui meure de votre faute? un père indigne qui boit seul au lieu d'appeler un médecin digne de se cas ou quérir de l'aide au palais pour au moins avoir dans quelque jour quelque hommes pour vous protéger?
Dite moi se qui se passe, si vous tenez à tout se qui vous est chère.


J'ai été obliger. Mon honneur a été bafouer, et je suis contraint de les aider. Il serra sa choppe de peur et de frustration, le métal grinça sous sa poigne.
Les bandits que vous avez tuer, était la majorité des hommes, d'autres une dizaine pas plus sont cacher dans les montagnes, il essaye de réunir des hommes, et conquièrent des villages pour avoir un revenu continue de ressource, de nourriture et d'arme.

J'arqua un sourcil et m'assis sur la table.
Qui sont-il? il veulent quoi? Vous aurez la protection et les soin mais il faut nous aider, la traîtrise est puni de mort.

Herglt Pâlit à cette idée et continua. A se moment je pouvait entendre des pas sur le palier sans doute un de mes deux compagnon qui entrait.
Il se font appeler la griffe de lumière, il se dise rebelle contre la société instauré les Jarls et leur ancêtre, il disent que la vie est injuste, dur et qu'elle profite qu'à une élite qui ne le mérite que par le sang, et veulent rétablir l'équilibre.

Un coup d'Etat...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Beric d'Akeyras
Membre
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/11/2017

Feuille de personnage
PV:
3/3  (3/3)
Métier:

MessageSujet: Re: Traquer les bandits   Ven 26 Jan - 12:45

J'étais positionné de façon a entendre tout ce qui se disait à l'intérieur. Quand le prêtre eu fini de parler, l'homme haussa le ton. Craignant que les choses ne dégénèrent, je passa rapidement devant la fenêtre de la maison, sans un coup d’œil à l’intérieur. J’ouvris doucement la porte arrière de la maison, les légers grincements de la porte couverts par la voix du prêtre. J'étais dans un petit couloir, duquel j'avais vue sur le prêtre. Un escalier se trouvait à ma droite. Si quelqu'un descendait, il ne me verrait pas, mais je ne le verrais qu'au dernier moment, une fois qu'il serait descendu. L'homme avait l'air de s'être calmé, alors je resta caché, de façon à se que le prêtre soit le seul à avoir une ligne de vue sur ma cachette, en espérant qu'il me remarque afin qu'il me fasse signe en cas de besoin. J'entendis des bruits de pas à l'étage, j'espérais qu'ils n’annonçaient pas de complications...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eöwin
Membre
avatar

Messages : 46
Date d'inscription : 11/06/2017

Feuille de personnage
PV:
3/3  (3/3)
Métier:

MessageSujet: Re: Traquer les bandits   Lun 29 Jan - 20:17

Godrick me lança son outre, n'étant pas prête je la rattrapa à grande peine et fit éclabousser quelques gouttes sur moi. Je ne pu m'empêcher de grogner mais le remercia tout de même d'un signe de tête avant de boire une grande rasade d'une espèce de tord boyaux aromatisé aux baies, j'en repris deux autres en suivant des yeux le gosse rentrer par derrière la maison. Cela ne faisait que quelques instant que le prête y était. Le paquetage de Godrick était entrain de geindre sur la groupe de l'animal.

Merci, dis-je à Godrick en lui rendant son outre. Tes baguages font du bruit c'est énervant, occupe tant ou faits les taires. Je vais aller discrètement se qui se passe sa doit faire assez longtemps maintenant.

Laissant mon ami et ses baguages bruyante je me dirigea droit vers la maison en faisant attention autour de moi et en choisissant tout de même un axe qui ne soit pas directement visible des fenêtres. Arrivé à proximité je me baissa et m'arrêta juste en dessous d'une des fenêtres puis me concentra en fermant les yeux pour entendre se qui se disait à l’intérieur.

Qui sont-il? il veulent quoi? Vous aurez la protection et les soin mais il faut nous aider, la traîtrise est puni de mort. C'était le prêtre qui posait les questions.

Il se font appeler la griffe de lumière, ils se disent rebelles contre la société instaurée par les Jarls et leur ancêtre, il disent que la vie est injuste, dur et qu'elle profite qu'à une élite qui ne le mérite que par le sang, et veulent rétablir l'équilibre.

Bref des idéologistes de merde comme il y en a partout. Des putains de bouzeux qui chiales encore pour tout et n'importe quoi. Malgré mes paupières fermé je leva les yeux au ciel en poussant un légé soupir excédé.

Un coup d'Etat..., en conclu le prêtre.

Vla la gueule du coup d'état toi...... Au moins, me dis-je si on rapporte les commanditaires devant les Jarls et on peu espérer une prime!!! Je me leva donc et rentra dans la pièce sans prendre la peine de m’annoncer.

Et donc ou es-ce qu'on trouve les chefs de la meute? M'adressais-je directement à l'interlocuteur du prêtre.

Le regard que me lança celui-là était haineux au possible, réveillant chez moi une hostilité profonde mêlé d'une profonde aversion pour ses trous du cul de campagne incapable de comprendre qu'il existe d'autre race que celle des humains. Le Jarls Thorgan avait fait preuve de clémence à mon égard et à celle de mon frère et beaucoup de ceux qui n'étaient pas nés sur l’île ne faisant pas attention au faite que l'on appartenait pas à la même race mais ce n'était pas le cas d'une grande partis du peuple malheureusement et je ne parle même pas des villages les plus reculés remplis d'arriérés que j'avais du croiser et qui m'avait pris pour un démon. Ha il est loin le temps ou j'étais tranquille dans mes forêts, ou tout le monde me foutais la paix et ou je pouvais faire punir un type qui me regardait comme lui me regardait. Instinctivement, d'un ton froid, posé et menaçant, les yeux glaciales en raidissant les épaules prêtes à me jeter sur lui je lui demanda:

Alors?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Godrick
Membre
avatar

Messages : 25
Date d'inscription : 04/06/2017

Feuille de personnage
PV:
3/3  (3/3)
Métier:

MessageSujet: Re: Traquer les bandits   Lun 29 Jan - 20:33

c'est rare le l'entendre dire merci mais j'apreci ses remerciement je préparer le bayons et de réflexe je vois eowin soupirer les yeux vers le haut et me dit

ah elle va foncer dans le tas elle a bien assimiler les quelque leçon

je bayonne le briguant et le porte a mes épaule jusqu'a la porte et la j'entend eowin dire

Alors?

je regarde discretement la piece et voit le regard haineux

houla il cherche a recevoir des coup a la regarder comme sa

je m'appuie contre le montant de la porte et jete le brigand bayoner au pied du mec et lui dit

tu lui répond gentiment ou l'autre déchet le fera a ta place

j'apercoie au loin le petit jeunot camoufler derrière son escalier je souri en regardant son visage paniquer
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Traquer les bandits   

Revenir en haut Aller en bas
 
Traquer les bandits
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan Du Givre :: L'île Du Clan :: Camp des Stries Bleues-
Sauter vers: