Le Clan Du Givre

Forum dédié à l'univers et au développement des backgrounds et des relations roleplay des GNistes membre de la Châtellerie Nantaise
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tel un inconnu qui passe, Lumytros Nodeldon.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Lumytros Nodeldon
Péon
avatar

Messages : 1
Date d'inscription : 03/09/2017

Feuille de personnage
PV:
3/3  (3/3)
Métier:

MessageSujet: Tel un inconnu qui passe, Lumytros Nodeldon.   Dim 3 Sep - 18:22

* Encore une petite heure de marche, et je devrais y être*

Depuis combien de temps marchais-je en longeant cette plage, voyant peu à peu les terres changer de paysage pour se recouvrir de neige ?  Heureusement, ma mémoire ne m'avais pas fait défaut, et j'avais prévu des vêtement chaud pour venir sur cette île. La traversée m'avais été pénible, mais non au cause d'un quelconque manque d'activité, oh non. Guider ces humains vers une "nouvelle" île avais demandé bien des ressources. Mais leur bêtise avais été des plus usantes. Il avais été simple de les convaincre que oui, leurs légende disais vrai, et que des îles mystérieuses restais à découvrir. Et je ne parle pas encore de l’île qui à émergé il y à peu en orya, mais bien de cette île sur laquelle m'attendait -du moins, je l'espérais- mon vieil ami. Et j'en avais trop peu pour ne pas m'en occuper.

Je regardais autour de moi, voyant d'une part des terres recouvertes d'arbres - essentiellement des sapineux d'ailleurs, du au climat-, d’où émergeait de temps à autre un village d'hommes. Réajustant par réflexe ma capuche, m'assurant qu'elle dissimulais bien mes oreilles qui trahissais si aisément ma bâtardise entre homme et elfe. Me retournant, je me calmais en regardant passer tranquillement un bout de glacier. Celui-ci glissais sur la mer avec bien plus de sérénité que n'importe quel navire, et ce bien que les vagues soient devenues fortes. Des voix au loin me rappelèrent à la réalité, et je me dépêchais de reprendre ma route. Je ne regrettais en rien les heures passée devant ce glacier, mais si je peut me permettre d'attendre des heures ou des années, ce n'est pas le cas de tous.

Je reprenais donc la route, ainsi que le fil des mes pensées.

Depuis combien de temps n'avais-je marché en longeant cette plage, voyant peu à peu les terres changer de paysage pour se recouvrir de maisonnée ? En effet, lors de ma dernière venue, j'avais contemplé se paysage avec mon ami, et vu le village s'agrandir. Depuis, j'étais retourné sur le continent, vécu des années et appris plus que je ne l'aurais espéré, bien que ce ne fut pas sans mal. Mais mon ami m'attendais sûrement, et son fils devais avoir grandit maintenant. Le petit ce souviendra-t-il de moi ? Bonne question, dont la réponse ce situe -normalement- par là. Près du chantier naval. Qu'il me faudra passer. En parlant de cela...

En face de moi, le chantier. Je passais discrètement au travers, de tel sorte que peu me remarquèrent, et que ce qui le firent ne virent qu'un bougre en cape noire, encapuchonné et ayant hâte de se réchauffer auprès d'un bon feu. Les plus attentifs auront sûrement noté ma silhouette fine, et la présence de deux lames a mon flanc. Mais être armé semblais toujours être la norme par ici, et je ne serais pas plus inquiété que ça. Il faudrait cependant que je me dépêche, avant qu'ils ne se rendent compte que mon visage leur est inconnu. J'approchais un vieillard, que j'avais sûrement déjà importuné lors de ma dernière venue, afin de confirmer ma destination. Ce qu'il fit. La demeure que je cherchais ce situais bien un peu plus loin. Je remerciais le brave homme et fila sans demander mon reste.

Je finissais ma course sensiblement en même temps que le soleil terminais la sienne. Non loin se dessinais la maisonnée, et la fumée qui s'en échappais me promettais tant une douce chaleur qu'un repas chaud et consistant. M'approchant encore, je fut à portée de voix, et vit un homme finissant de couper du bois. Il me vit, et ne me reconnaissant pas, conserva sa hache dans la main, me halant pour me questionner quand à mes intentions et à mon identité. Un réflexe guerrier, que la plupart sur cette île ont.

Je découvrit alors mon visage de la capuche qui me dissimulais, et m’annonça tranquillement en ces termes :


"Du calme, Nyord . C'est moi, Lumytros. Je vient saluer mon vieil ami, Grimm"


[HRP : Pour situer un peu les lieux et les faits : On se situe 10 ans en arrière, soit peu après l'apparition en mer de Kandorya et un peu avant sa colonisation, chez Raggnar.]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nahya
Nouvelle Recrue
avatar

Messages : 9
Date d'inscription : 09/06/2017

Feuille de personnage
PV:
3/3  (3/3)
Métier:

MessageSujet: Re: Tel un inconnu qui passe, Lumytros Nodeldon.   Ven 8 Sep - 23:33

J’ai passé une bonne partie de l’après midi dehors avec Raggnar. D’abord, a l’observer et à essaye de l’imiter, sans trop de sucés. Le bâton au bout qui coupe est vraiment lourd, difficile de le lever sans le faire tomber sur soi. Malgré toute mes tentatives, je n’ai pas réussi à casser un seul bout d’arbre. Puis fatiguée, je suis aller fureter dans les alentour, jouer dans les hautes herbes et grimper
sur les arbres du bosquet le plus proche. Maintenant le soir tombe doucement. Il est temps de rentrée. Je me rapproche tranquillement de la tanière de Raggnar.

Voilà quelque lunes, qu’il m’a pris sous son aile. Il est plutôt gentil, sauf quand je mord quelqu’un ou que je m’énerve. Là il se fâche, et gare au coups de bâton... En tout cas, je me sens en sécurité avec lui, un peu comme avec maman.....


C’est presque arrivée à la maison, juste avant de sortit des hautes herbes, que je repère l’étranger. Un drôle de bonhomme: encapuchonner, silhouette inhabituelle et on dirait qu’il a des choses accrochées à sa ceinture sous la cape. Des bâtons coupe ?
Bizarre ....
Je me tapi dans l’herbe, sur mes gardes, et j’observe la situation. Raggnar fini enfin par remarquer l’inconnu. Il garde bâton au bout qui coupe dans la main, apparemment il est lui aussi sur la défensive.
Danger ?
Ma queue se hérisse. L’étranger enlève sa capuche.... il les oreilles pointues.
Grrrr
Je ne peux m’empêcher de laisser échapper un grognement discret. Il n’a pas la peux verte, mais je me tient prête à bondir au premier geste suspect.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Tel un inconnu qui passe, Lumytros Nodeldon.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mot de passe espace adhérents passeports annuels
» Le Temps passe, mais les Souvenirs restent.
» Récupération du mot de passe
» [Forge World] Commander en ligne / Comment cela se passe?
» Un automne qui passe trop vite cette année...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Clan Du Givre :: Carnet de recensement alliés :: Les péons-
Sauter vers: